Maux de dos chroniques



Les maux de dos chroniques constituent un défi thérapeutique quotidien pour les professionnels de la santé. C'est un problème de santé très répandu. En fait, on estime qu’entre 65 % et 80 % des gens en souffriront au moins une fois au cours de leur vie.

Chez la majorité des gens, le mal de dos est un désagrément cyclique qui se manifeste de plus en plus fréquemment avec l’âge. À cette étape, quelques mesures de prévention et un régime de vie équilibré sont les meilleures garanties d’un dos en santé. Vous pouvez d'ailleurs consulter plusieurs articles à ce sujet dans les sections Trucs et Prévention de notre blogue.

Pour les autres, soit 1 personne sur 10, le mal de dos s’installe de manière plus permanente et handicapante. C'est ce qu'on appelle les maux de dos chroniques. La condition physique se dégrade, entraînant avec elle toute une panoplie de problèmes sociaux et psychologiques : arrêt de certains loisirs, perte d’emploi temporaire ou permanente, difficultés relationnelles, atteintes psychologiques pouvant même mener à la dépression. 

Le concept de chronicité représente un phénomène complexe, il est donc difficile à définir. De façon générale, un mal chronique est une douleur aiguë qui tarde à guérir dans une période de temps habituelle ou une blessure associée à un mauvais état de santé. Celles-ci causent une douleur persistante ou intermittente qui s'étale sur des mois ou des années. 

  • Vous souffrez de maux de dos en général? Rendez-vous ici.
  • Vous êtes atteint de dégénérescence discale ou d'une hernie discale? Rendez-vous ici.
  • Vous souffrez de douleurs sciatiques? Rendez-vous ici.

Symptômes

Répercussions au niveau physique

Répercussions au niveau physique

Les douleurs chroniques entraînent des répercussions physiques, telles que : déconditionnement physique, maux de cou, douleurs dorsales, douleurs aux pieds lors d'un effort, maux de têtes et migraines.


Handicaps psychologiques

Handicaps psychologiques

Des répercussions au niveau psychologiques peuvent également être entraînées par la lombalgie chronique, telles que : troubles du sommeil, anxiété, dépression.


Modifications du comportement

Modifications du comportement

À force de souffrir, le comportement peut se modifier. La personne atteinte adopte dans ce cas-ci un comportement de ménagement et d'évitement. 


Gestion inadéquate de la maladie

Gestion inadéquate de la maladie

Des maux chroniques peuvent être difficiles à gérer et ils entraînent souvent des répercussions sociales, telles qu'une perte d'emploi, un isolement social, etc.


Contre-indications au Traitement Novodos

Ostéoporose modérée à sévère

Les patients atteint d’ostéoporose modérée à sévère ne devraient pas entreprendre de traitement de décompression neurovertébrale non chirurgicale. Même si le niveau de traction est relativement modéré par rapport au poids du patient, les risques de blessures demeurent présents. L’ostéoporose modérée est considérée comme étant une contre-indication relative et la possibilité d’entreprendre des soins pourrait être discutée avec le professionnel de la santé traitant. L’ostéoporose sévère représente toutefois une contre-indication absolue.

Fracture vertébrale de moins de 6 mois

Avant d’entreprendre le Traitement NovodosMC, tout risque de fracture vertébrale non guérie devrait être éliminé. Un délai d’au moins six (6) mois suivant la fracture devrait être alloué avant de considérer la décompression neurovertébrale non chirurgicale. Des tests d’imagerie diagnostiques devraient confirmer la réparation totale de la fracture.

Spondylolisthèse instable

La rupture ou la non-union de l'un ou des deux isthmes vertébraux représente une contre-indication relative. L’ampleur du glissement antérieur détermine le degré de prudence qui devrait être porté. Une spondylolisthésis de grade 3 et 4 est considérée comme étant une contre-indication absolue. Dans le cas d’une spondylolyse et une spondylolisthésis de grade 1 et 2, une étude radiologique visant à déterminer la stabilité de la région devrait être effectuée avant qu’une décision ne soit prise.

Une condition post-chirurgicale

Une chirurgie récente dans la périphérie de la lésion vertébrale devrait attirer l’attention du professionnel. La consultation du protocole opératoire devrait fournir les détails nécessaires à la prise de décision. Si des interrogations quand à la nature exacte de l’intervention subsistent, une discussion avec le médecin référant est alors indiquée.

Fusion chirurgicale métallique

Lorsque la symptomatologie du patient provient de segments ayant été fusionnés lors d’une chirurgie, il est évident que la décompression neurovertébrale non chirurgicale est à la fois absolument contre-indiquée et vaine. Cependant, si l’origine des douleurs provient d’un disque ou de facettes articulaires situés au-dessus ou sous la zone fusionnée, la contre-indication devient alors relative et une discussion avec le médecin traitant est indiquée.

Tumeur ou infection de la colonne vertébrale

La décompression neurovertébrale non chirurgicale est indiquée pour des affections disco-vertébrales mécaniques. La présence de tumeurs ou infections, même si elle pouvait reproduire une symptomatologie similaire, ne représente pas un profil clinique indiqué.

Maladie inflammatoire aiguë

Tout comme pour le point précédent, les maladies inflammatoires aiguës de la colonne vertébrale ne correspondent pas à des conditions qui répondent favorablement au mécanisme d’action de la décompression neurovertébrale non chirurgicale. De plus, la tension mécanique engendrée par le traitement risque d’exacerber les phénomènes inflammatoires.

Anévrisme de l’aorte abdominale

La procédure d’installation du patient sur l’unité de décompression neurovertébrale requiert le port de deux harnais, l’un thoracique et l’autre pelvien. La pression abdominale engendrée par le port de ces deux harnais pourrait avoir des conséquences désastreuses pour un patient ayant un anévrisme asymptomatique. Cette condition représente donc une contre-indication absolue et lorsque découverte, elle requiert une référence immédiate chez le médecin traitant.

Cancer ou métastase à la colonne vertébrale ou au bassin

Pour des raisons évidentes, toute activité néoplasique primaire ou métastatique représente une contre-indication absolue.

Syndrome de la queue de cheval

Cette condition nécessite une intervention médicale rapide. Si l’apparition des symptômes est récente, le patient doit être référé sans tarder. 

Sténose médullaire et/ou foraminale d’origine osseuse (ostéophytoses, hypertrophie facettaires)

Il est dans la nature de la hernie discale d’engendrer des sténoses soit au niveau médullaire ou foraminale, selon la localisation du bombement ou de la protrusion. Si d’autres contre-indications ne sont pas présentes, ces conditions qualifient le patient pour le Traitement NovodosMC. Cependant, la décompression neurovertébrale ne peut rien pour une sténose d’origine osseuse. Elle représente donc une contre-indication absolue. Dans la situation où des ostéophytes seraient présents dans l’environnement foraminal, une étude d’imagerie diagnostique doit éliminer la possibilité d’un empiètement et d’un contact avec les racines nerveuses.

Grossesse

Le port des harnais pelvien et thoracique représente un élément important dans l’installation du patient sur l’unité de décompression neurovertébrale. Pour des raisons de stabilité du patient, ces harnais doivent être ajustés et serrés au corps. Afin de ne pas créer une pression intra-abdominale superflue, il est de mise de ne pas traiter de femme enceinte. 

Suivez-nous sur Facebook Twitter LinkedIn